passion deux roues

ame de sportives
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 martin

Aller en bas 
AuteurMessage
yosh
Rang: Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 850
Age : 55
moto : z1000/r1/er5/dr 650
Date d'inscription : 15/01/2005

MessageSujet: martin   Mer 2 Mar - 1:25

qui se souvient de cette legende moto

C’est une Martin MK1000 Cantilever de 1983 cadre No MK1014 (en Allemagne),

moteur Kawasaki GPZ1100 B2 kitté 1170 cc (Wiseco) et Andrews stage2


Carburateurs Mikuni RS36 et 4en2en1 de Schuele

fourche inversée et les roues sont GSX 750 R de 1992

frein avant Kawasaki ZX9R 6 étriers et le frein arrière Brembo PS05

selle MOKO (Moto Guzzi BOT)

Amortisseur arrière WhitePower

compte tour et compteur vitesse Kawasaki ZL900
--------------------------------------------------------------------------------

1970 ! ... Après avoir doucement laissé mourir une à une l'ensemble ses marques motocyclistes emblématiques seule Motobècane survit encore à l'époque, la France découvre avec délice le plaisir de rouler sur des motos fiables, aseptisé qui démarrent à la première sollicitation. Le phénomène japonais est amorcé et l'Europe industrielle à l'origine de ce merveilleux moyen de locomotion, vient une fois de plus de laisser échapper sa chance.

Tout n'est cependant pas parfait au pays des café racer et celui qui aime la conduite des motos sportives est loin d'y trouver son compte. Seuls des accessoiristes sont en mesure de transformer le cheval de trait en pur-sang, à grand renfort de jantes à bâtons, frein avant, double disques, guidons bracelets, ensemble selle réservoir racing ext..... La réalisation n'est du reste, pas toujours du plus bel effet esthétique.

Un vendéen, Georges Martin, s'en est très vite rendu compte. Passionné de motos sportives et possesseur de belles machines anglaises, il fabrique déjà artisanalement des carénages, des réservoirs ; , des selles en polyester qui permettront aux propriétaires de japonaises de relooker l'objet de leurs rêves et se croire au guidon d'une machine de Grand Prix. La fabrication des accessoires lui a déjà valu une belle réputation dans les milieux branchés.

Cependant, il ne lui échappe pas que les productions nippones du marché, a une faille énorme : le cadre dont la rigidité est souvent défaillante et gage d'une tenue de route aléatoire.

Fin technicien, excellent dessinateur, Georges Martin va se mettre à la planche à dessin. Il construira la moto de ses rêves et la commercialisera ; c'est décidé.

Le cadre ! ...Il a déjà son idée : compact, bas, rigide, esthétique (chromé) soudure impeccable, il sera conçu autour d'une poutre maîtresse.

Le moteur ! ...Un ensemble mécanique le fascine, il s'agit de celui de la CB 750 Honda, 4 cylindres, puissant, du couple, une sonorité du diable, facile à préparer.

L'esthétique ! ...Habiller une moto n'a plus de secret pour lui, il donnera donc à sa belle les plus beaux atours avec tous les soins d'un grand couturier.

D'autre part, la notoriété des moteurs disponibles sur le marché, assurera au Martin de multiples versions et développements. KAWASAKI, YAMAHA, SUZUKI, BMW, DUCATI, prendront place dans lé-célèbre cadre chromé. Par ailleurs, Martin ajoute à sa gamme de nombreux accessoires, dont les fameux échappements 3enl pour 2 temps adaptables sur les Kawa et Suzuki Trois cylindres ainsi qu'une grande variété de 4enl pour divers multi-cylindres 4 temps du marché.

Cependant Georges Martin comprit vite vers les années 1984-1985, que l'arrivée des sportives réplicas déclinées par les grandes marques, allait sonner le glas des artisans. Après avoir fabriqué 5800 partie-cycle il opéra donc rapidement sa reconversion vers l'automobile et la réalisation de répliques réputées de Lotus Seven, Cobra, et Ford GT 40. Mais ceci est une autre histoire.

Aujourd'hui les motos Martin font toujours rêver et trente ans après, nombreuses sont celles en excellent état de marche qui roulent de Paris à Los Angeles, Amoureusement entretenues, elles continuent à apporter beaucoup de satisfactions à leurs utilisateurs.

Le motos martin club of world a vu le jour et contribue à enrichir le patrimoine de la marque française, sportive-de l'après guerre qui n'a pas fini, du reste, d'en étonner plus d'un, car il ne serait pas impossible de revoir de nouveau Martin sur les routes. Nous en reparlerons, peut- être d'ici peu car l'histoire de Martin est loin d'être close.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://groups.msn.com/lespistards
 
martin
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Val Saint Martin (Eure)
» Le swing de Martin Kaymer
» Martin dans le matin :-)
» bras martin
» Leurres Jackson, Lucky craft, Rapala, Booyah, Panther Martin, Zip bait, que du lourd

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
passion deux roues :: histoire de la moto :: de tous pays-
Sauter vers: